SLV 11 – St Illiers

Ouverture :

tous les mardi de 7h30 à 12h & de 13h30 à 17h.

Contact : Boualem DEFOSSE (correspondant)

Chemin de la Vallée des Près – 78980 St Illiers-la-Ville
Tel : 01 34 76 09 13    -    Fax : 01 34 76 09 01

Pour une SLV plus proche de chez vous ….

Par le passé, la SLV 5, située sur le site du GIP était rattachée à la CMCAS des Services Centraux, CMCAS qui ne gérait pas les pensionnés. Les SLV 8 et 11 étaient rattachées à la CMCAS GRIF.

Or, depuis maintenant 2 ans, les CMCAS ont été restructurées par départements et non plus par Directions.

Aujourd’hui, nous sommes donc rattachés à la CMCAS des Yvelines (616).

Dans ce nouveau contexte, chaque CMCAS, sans exception,  gère à la fois ACTIFS et INACTIFS via les SLV déjà existantes dans chacun des départements d’appartenance.

Nos SLV souhaiteraient accueillir les pensionnés résidant à Beynes et les communes alentour afin de leur faciliter leur temps de trajet en cas de besoin, mais aussi par souci d’équité envers les autres SLV qui se retrouvent par conséquent submergées.

Bernard LABREUIL, Président de la CMCAS des Yvelines, Jean-Luc BURLOT, Président de la SLV 8, et Muriel BOUDINET, Correspondante de la SLV 5,  ont eu un entretien avec l’actuel responsable du GIP en ce sens.

Cet entretien  portait sur la demande d’accès possible sur le site du GIP pour les agents en inactivité et résidant  à proximité de ce site.

Une réponse négative nous a été faite en raison du « danger «  qui pourrait avoir lieu en cas de chargement et déchargement de matériels divers.

Néanmoins, une requête à été faite par courrier auprès de Monsieur Michel GOUEZ, directeur de la Direction Technique de STORENGY, et qui est à ce jour en attente de réponse.

Faute de moyens techniques, la mise en place du Réseau Solidaire sur la commune de Beynes et de ces alentours devient compliquée ; le constat à ce jour est que nous n’avons toujours pas de locaux pour recevoir les agents inactifs, mais le manque de moyens humains se fait également cruellement ressentir, car nous constatons que le principe de solidarité est exclusivement assuré par des militants syndicaux qui monopolisent leur temps à tenter de négocier les réorganisations successives de nos entreprises, le rapport de force est indispensable pour obliger nos employeurs à prendre en compte la mise à disposition de moyens pour nous permettre de réaliser notre mission de mise en place du Réseau Solidaire.

À Propos de l'auteur